Encore quelques clés pour comprendre le modèle CLERE

Les cinq expertises CLERE seront intentionnellement activées dès que la communication entre deux personnes n’est plus   en “zone d’équilibre relationnel” : zone de non-stress.  Le non stress est défini, dans la conception CLERE, comme un état de bien-être conditionné par une suffisante satisfaction des besoins entre les deux personnes qui communiquent.

Les cinq expertises ne sont que théoriques. En réalité, il n’existe qu’une seule expertise opérationnelle : celle qui réalise la fusion des cinq expertises théoriques. Autrement dit, une seule expertise que ce soit, la Conscience, la Liberté, l’Expressivité, la Réciprocité ou l’Exactitude, vient à manquer dans toute séquence relationnelle, et immanquablement la relation en prendra un coup ! On sort de la zone d’équilibre pour entrer en position “Dominante” ou “dominée”, puisque :

  • Sans Conscience, il n’y a pas de lecture possible des déséquilibres naissants chez l’un ou l’autre des interlocuteurs : on ne voit pas, on entend pas, on ne sent pas les signaux de tension qui conduiront, si rien n’est fait, au rapport “Dominant/dominé”.
  • Sans Liberté, on n’a pas la possibilité d’apporter une satisfaction suffisante à ses  besoins : il y aura  frustration, rancune, réaction d’affrontement…  Sans Liberté, c’est trop pour l’autre et pas assez pour soi. Déséquilibre !
  • Sans Expressivité, on ne sait pas calmer ses émotions, on ne sait pas réduire ses tensions physiques. La communication non verbale (celle du corps) et para-verbale (celle des intonations, du débit des mots , de l’intensité sonore…) sont sous pression et l’équilibre est menacé. Les conséquences : une réactivité en cascade !
  • Sans Réciprocité, pas assez d’attention aux besoins des autres, pas de modération  de sa propre  Liberté ! Sans Réciprocité , c’est trop pour soi et pas assez pour l’autre ! Déséquilibre !
  • Et enfin sans Exactitude, c’est l’objectivité qui vient à manquer, c’est la porte ouverte aux malentendus, à l’incompréhension, aux dissonances, et en conséquences aux tensions.

Ainsi nous sommes CLERE ou nous ne le sommes pas : la communication entre alors, de facto, en zone de turbulence. Ce qui s’énonce ainsi : en toutes situations il n’y a que trois positions relationnelles, seulement trois !

  • Soit nous sommes CLERE
  • Soit nous sommes Dominants
  • Soit nous sommes dominés.

1 Comment

  1. Jan says:

    CLERE, j’ai essayé ! C’est simple et c’est compliqué !
    C’est simple parce qu’il suffit de ne pas être celle (ou celui) qui veut dominer l’autre.
    Mais pour moi, c’est plutôt compliqué quand il me faudrait demander à l’autre de ne pas être dominant avec moi…. parce que cela me déplaît fort !
    C’est compliqué parce qu’il faut comme pour un pilote d’avion vérifier sa checklist de la communication, à tout moment :
    1. Suis-je bien sûre d’être calme ou calmée ?
    2. Suis- capable de comprendre pourquoi l’autre dit ce qu’il dit et me mettre un peu à sa place.
    3. Puis-je, sans me démonter, lui dire ce que je voudrais, sans baisser les yeux ? Etc, etc.
    Et tout ça en un dixième de seconde !.
    Cela demande beaucoup d’effort.
    Et pourtant je sais que ça en vaut la peine…. surtout quand les conséquences sont grandes… quand on se rate !
    Dites ! Avec votre livre ou vos formations, il n’y aurait pas une baguette magique, en cadeau comme dans les kinder surprise ?
    Merci à vous.
    PS : Je ne m’avoue pas vaincue !

Les commentaires sont clos.