François Hollande, un homme avant tout !

legende

Dans l’échiquier politique on trouve toutes sortes de tacticiens qui passent leur temps à déplacer des pièces de bois pour gagner leur partie.

Seraient-ils bons joueurs ? Pour la plupart, ils ne le sont pas! Ils jouent à qui perd-gagne ou l’inverse. Mais apparemment  ils s’en contre-fichent car l’important c’est de participer à l’orgie du pouvoir avec l’euphorie des sentiments qui manque sans doute à leur quotidien.

Dans l’échiquier, réfléchit-on froidement, à tête et corps reposés pour avancer  ses pions vainqueurs ? Que nenni, les élans cyniques et haineux sont heureusement là pour relever la platitude d’une réflexion trop objective, trop carrée :  que l’ego serait triste si la bandaison ne donnait pas un supplément d’âme aux calculs statistiques ! (Je vous salue Georges !)

Après avoir  combiné avec passion pour mater le roi ennemi  qui a le tort de ne pas partager leurs idées, quand ils le voient renversé,  anéanti,  pour eux, l’adversaire d’une partie reste l’ennemi juré, alors ils le piétinent, encore et de plus bel  ! Ils continuent à l’invectiver, à cracher sur lui; s’ils le pouvaient ils feraient répandre son vrai sang ! C’était une habitude politicienne, c’est devenu leur nature.

Non, ils ne sont pas bons joueurs, pour la plupart !  Veulent-ils effacer frénétiquement François Hollande de la carte politique ? Ils donnent l’impression de vouloir le rayer de la carte des humains ! Est-ce ainsi que les hommes vivent… en démocratie (Je vous salue Leo !) ?

Quelques-uns des adversaires de François Hollande ont vu de la dignité dans la sortie peu ordinaire du chef de l’Etat; d’autres se sont simplement interdits de l’accabler.  Ces opposants-là je les respecte. Les autres, les venimeux devraient, devant un miroir, méditer sur ce qu’est la dignité.
Bernard Sananès

Laisser un commentaire