La première impression, celle qui s’imprime !

gif-tampon-impression

Je vais essayer de faire court pour ne pas vous “ennoyer”.

“La première impression est toujours la bonne, surtout quand elle est mauvaise.”
Henri Jeanson

La première bonne impression, au premier contact est parfois difficile à expliquer. En revanche, l’impact de la mauvaise impression est immédiat et vite identifiable :

“Tu l’as vu celui-là ? Quel tableau gris ! Les yeux plissés, les sourcils froncés, raide comme un piquet, les lèvres pincées, les narines dilatées, la tête dans les épaules, les mains fermées et les doigts agités; je le sens sur la défensive, respiration coupée, prêt à bondir ! D’ailleurs il me stresse; je l’ai senti dès la première seconde  !”

Pour vous permettre d’avancer rapidement, je vous invite, si vous voulez  faire bonne impression, à résolument effacer le “tableau gris” du trac, du stress lié à l’enjeu, pour y dessiner non pas un smiley ou un cœur (ce serait inadapté, voire mièvre!) mais un quelque chose de positif et d’ouvert. Pour cela vous aurez :

  • Le front lisse, avec la sensation bien présente à l’esprit d’un espace élargi entre les sourcils
  • Les yeux ouverts sans fixité : des yeux qui disent tout l’accueil dont on  est capable.
  • Les lèvres , à peine entre-ouvertes, au seuil (juste au seuil, sans le franchir) d’un sourire de bienveillance.
  • La respiration fluide.

En bref, vous devrez être,  intentionnellement, détendu(e) des pieds à la tête. Détendu(e) mais cependant tonique ; avec le tonus d’une personne qui écoute avec ses yeux et ce qui s’y trouve dedans : de l’attention, de la considération, de l’authenticité et de la sincérité.

Vous me direz :  “Mazette ! De l’attention, de la considération, de l’authenticité et de la sincérité….rien que ça ???!

Ah, bon ? Vous n’aviez pas fait le lien entre “première bonne impression” et “relation de confiance “?

Vous imaginiez que l’on  pouvait se passer, en toute impunité, sans le payer aussitôt cash : d’attention, de considération, d’authenticité et de  sincérité ? Seriez vous dans le déni de réalité ?

Non il ne s’agit probablement pas de vous ! Mais si, toutefois, tel était le cas, vous seriez maintenant en mesure de comprendre pourquoi en société ou dans les relations professionnelles les gens ont tant de mal à établir des relations constructives dans la durée.

Et ce n’est que le B-A-BA  et la toute première condition d’une concertation, d’une médiation, d’une négociation, d’une sortie de conflit, réussies.