Un management autoritaire qui fabrique de la motivation !

6-liberte-joyeuse

Je vais faire court pour ne pas vous “ennoyer” !

A bas l’autoritarisme mais vive l’autorité qui motive, qui stimule, qui donne de la frite !
De quoi peut-elle bien être faite cette autorité là ?
Les patrons autoritaires “Dominants”  sont exécrables parce qu’ils engendrent des “dominés” qui, comme chez les animaux dominés, auront l’humeur et de moral bas et seront atteints  de dépression. Sauf chez les dominés heureux, de caractère dépendant, soumis, un peu maso. Mais ceux-là, il ne  faut pas compter sur eux pour faire avancer la machine !
Un patron pourrait-il exercer une autorité saine qui ne le positionnerait pas en “Dominant” ? Oui, quand cette autorité  est respectée et respectable, quand elle ne se dispense pas :

  • d’équité et d’éthique; l‘autorité saine n’exclut pas la justice.
  • de calme et de pondération; l‘autorité saine n’a pas besoin de posture nerveuse et agitée.
  • de calme mais de fermeté, si nécessaire dans l’attitude et  la voix  pour  rappeler des attentes,  des objectifs, des valeurs.
  • de liberté d’expression et d’initiatives chez les  acteurs de l’entreprise; l’autorité saine ne craint pas de donner du pouvoir.
  • de considération et d’écoute vraie,  d’un regard franc qui témoigne d’un réel intérêt pour les personnes; l’autorité saine n’exclut pas de montrer l’exemple en matière de respect des personnes.

Cette autorité-là ne montre ni faiblesse devant les abus et manquements aux règles essentielles de l’entreprises ni abus de pouvoir pour ce qui la concerne; elle écarte le mensonge, le double jeu,  la manipulation, la mauvaise foi; l’autorité saine n’exclut pas l’expression directe d’un tempérament affirmé ni la sincérité : elle inspire confiance.

estime-refus-fait

Cette autorité-là ne rabaisse pas, n’infantilise pas, n’infériorise pas : elle regarde et traite les salariés comme des acteurs économiques, des personnes créatives et non comme des pions. L’autorité saine n’exclut pas la reconnaissance verbale et pécuniaire.

Nul doute qu’ils seront  nombreux dans les entreprises à appeler de leurs vœux de tels patrons” autoritaires”. Ces patrons-là feraient, à coup sûr autorité !

 

 

 

2 Comment

  1. Arnaud says:

    Et quand votre personnel se met d’accord pour vous pourrir la vie ? Quand il se tourne les pouce dès que vous avez le dos tourné, quand il se fiche pas mal d’un client mécontent. Quand il vous répond ? J’étais plus tranquille au début quand je travaillais seul dans un petit atelier. Je gagnais moins mais j’étais plus heureux. J’ai dû embaucher pour faire face à la demande. Je ne savais pas que ça allait être infernal ! J’ai essayé la gentillesse mais un de mes salariés (j’en ai 17), une forte tête s’est mis a dirigé les apprentis puis les autres ont suivi. J’avais perdu toute autorité. Alors je me suis durci. Et depuis, ils passent leur temps à parler derrière mon dos, faire la gueule et rechigner tout le temps. Je vais embaucher un contremaitre qui saura les mettre au pas. Je ne crois pas qu’il sera comme celui de votre article. La gentillesse, ça ne marche pas !

    1. Il y a beaucoup à dire sur les problèmes que vous rencontrez ! Trop ! Alors, allons à l’essentiel !
      Il m’arrive souvent de voir dans ma ville s’ouvrir une boutique de vêtements ou d’articles de cadeaux qui ferme ses portes dans l’année qui suit. On ne s’improvise pas commerçant !
      Il m’arrive souvent d’écouter les tracas d’excellents techniciens ou de brillants artisans accablés de problèmes quand ils viennent à occuper une fonction de responsable d’équipe; qu’ils soient ou non à leur propre compte. Leur joie de vivre disparaît. Ils deviennent stressés chroniques et virent à la dépression. On ne s’improvise pas manager. C’est un métier à part entière, en outre un des plus difficiles, mais très peu le savent.
      Malheureusement, pour les jeunes entrepreneurs au départ techniciens qualifiés, ils auront à assumer la gestion administrative de leur boite, ce qui n’est déjà pas évident et celle du personnel si leurs affaires se développent.
      Un manager sachant animer un groupe d’individus, par définition différents, doit absolument avoir des aptitudes en communication, en psychologie, en pédagogie… Ce qui n’est pas rien ! Mais très peu, dans votre cas Arnaud, s’y préparent !
      Il est effectivement sage pour vous de confier à quelqu’un d’autre un rôle que vous n’avez pas appris. Mais je doute qu’un adjudant avec une trique puisse aujourd’hui résoudre votre problème.
      Un conseil : Ne prenez pas de décision “en réaction” mais posément, en connaissance de cause. Pour cela lisez, assistez à des conférences, faites une, des formations … (Je suis très à l’aise pour vous le suggérer car CLERE n’intervient que dans les PME et grandes entreprises).
      Cherchez dans les bonnes directions ! Vous trouverez des solutions !

Les commentaires sont clos.